mardi, octobre 1

The Lost Queen - Prologue





******************************************************
Prologue

          La reine courait à travers les innombrables couloirs du palais, l’âme inquiète, le cœur paniqué. Elle courrait comme si sa propre vie en dépendait, les pieds nus et le souffle court, elle n’aurait ralenti pour rien au monde.
Elle ne pensait à rien, elle ne le pouvait pas. Elle se contentait de courir le plus vite possible à travers le dédale de couloirs qui lui paraissaient s’étendre à l’infini.
Dans sa poitrine, son cœur battait au rythme de sa course effrénée, si bien qu’elle avait eu le sentiment qu’il pourrait exploser à tout moment. Derrière elle, les servantes se hâtaient, tentant de l’apaiser grâce à de douces paroles mais elle ne les entendait pas. Le seul bruit qui lui était audible était le tambourinement acharné de son cœur.
Les magnifiques peintures murales, représentant des scènes importantes de la vie du couple régnant lui apparaissaient en cet instant comme des tâches floues à l’importance surfaite, sa vie réduite à néant.

Quand enfin elle eut atteint son but, elle s’arrêta et le temps s’immobilisa.
Dans la chambre sombre éclairée par les lampes à huile aux senteurs bienfaitrices régnait une atmosphère glaciale presque palpable.
C’est là qu’elle le vit, étendu sur un lit en ébène massif aux pieds ornés d’ivoire et d’or sur lequel était représentée la figure grimaçante de Bès, divinité éloignant les démons de l’âme du dormeur. Mais pas ce soir. Ce soir, ils avaient réussi à passer cette barrière, le harcelant, et le poussant à l’agonie. Lentement, la reine s’approcha de son époux mourant et pourtant à l’aube de sa vie.
 - Je vais partir Akhésa, je le sens…

La plaie béante à son genou avait éveillé en lui une fièvre mortelle qui le consumait depuis maintenant trois jours. Durant tout ce temps il avait combattu avec bravoure, un combat malheureusement perdu d’avance.
 - Ne m’abandonne pas… lui murmura t-elle cependant, retenant ses larmes et s’efforçant de garder sa royale dignité. Je serais perdue sans toi… L’Egypte sera perdue sans toi.
  - Toi et moi savons que c’est faux… et puis, un jour nous nous retrouverons…
Le roi grimaça de douleur et la reine sursauta avant de poser une main sur le front brûlant du malade.
  - Je te le promets,  nous nous retrouverons … poursuivit-il avec peine. Je t’aime Akhésa.

Pharaon fut parcouru d’un ultime élan de douleur avant de rendre son dernier souffle. Il était mort si tôt qu’il n’avait pas eut le temps d’affirmer son pouvoir, qu’il n’avait pas eut le temps de vivre, tout simplement.
Effondrée, la reine posa sa tête sur la poitrine inanimée de son jeune époux et laissa couler ses larmes trop longtemps retenues.
Oui, un jour,
 ils se retrouveraient.



******************************************************



Cet extrait vous a t-il mis l'eau à la bouche ?
                   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire